Biographie

 Photo : Pedram Bemani

Photo : Pedram Bemani

Chorégraphe, pédagogue et danseuse contemporaine, Nasim Lootij commence son travail en Iran dans les années 2000. Installée en France en 2006, elle commence ses études chorégraphiques à l’université Paris 8, ce qui la mène ensuite à suivre parallèlement deux formations, celle de Rencontre Internationale de Danse Contemporaine (RIDC) et celle du conservatoire Jean Wiener avant de rentrer en 2012 au Conservatoire Nationale Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) pour étudier la notation Laban. Ces études lui permettent ensuite de poursuivre ses activités professionnelles en quatre champs. En tant que danseuse, elle collaborer avec des chorégraphes comme Odile Duboc, Dominic Dupuy, Christine Gérard, Alban Richard, Cecile Loyer, Natalie Pernette et Nawel Oulad en France et Su-Feh Lee et France Geoffray au Canada; en tant que notatrice, elle transcrit pour la première fois l’une des danses du Nord-Est de l’Iran; en tant que chorégraphe elle met en scène un solo nommé Lalaï (Paris/2012), ce qui donne naissance ensuite à Bouyé Jouyé Moulian (Paris/2014) et à Moi-Me-Man (Montréal/ Tangente 2017 - Festival Accès-Asie 2016 et Kitchener/ Festival Impact /2017); et en tant qu’enseignante, elle anime un atelier de technique et création au studio de danse de M.A.I à Montreal, la ville où elle vit depuis 2015.

Dans ses chorégraphies, Nasim s’inspire souvent de l’histoire et de l’art moderne de son pays d’origine (Iran), là où la lutte pour la liberté est, depuis un siècle, le thème principal de la plupart des créations artistiques. Rien d’étonnant donc si ce thème réapparaît, sous une forme chorégraphique, dans ses dernières créations, celles qu'elle put créer depuis son installation à Montréal. Sur le plan esthétique (scénographie, lumière et mouvements) elle s’inspire dans la plupart de ces créations de l’expressionnisme allemand des années trente, ce qui la permet de rendre visible, la densité et la brutalité des événements qui ont bouleversé son pays durant le siècle passé. Or afin de respecter le principe de contradiction dans ses compositions chorégraphiques, elle se laisse aussi inspirer de Continuum; technique somatique qu'elle pratique depuis deux ans avec Linda Rabin. Cette technique est connue pour sa douceur, sa fluidité et sa continuité; les trois qualités qui sont aussi les qualités incontournables de l’art iranien.

 

 


nasimlootij@gmail.com